La poursuite du bonheur _ Douglas Kennedy

On ne connaît jamais personne pour de bon. […] On le croit, oui, mais ils finissent toujours par vous désarçonner. Surtout quand il est question d’amour. Le coeur est l’organe le plus secret que nous ayons. Et le plus imprévisible.

A quel stade va-t-il découvrir l’énorme, la radicale inanité de tout cela? Comprendre qu’on se trompe toujours, quoiqu’on fasse? La plupart d’entre nous sont bourrés de bonnes intentions et pourtant nous n’arrivons qu’à décevoir les autres et nous-mêmes. Que reste-t-il, alors, sinon essayer encore? C’est la seule chance qui nous reste. Vivre c’est essayer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :