Au bois dormant _ Christine Féret-Fleury

La petite fille de la photo ne vieillirait plus, pour toujours figée dans cet instant parfait de pure gourmandise. Parfois, en la regardant, Ariane sentait des larmes lui piquer les yeux ; la vie devrait être ainsi, pensait-elle. Joyeuse, insouciante, pas rétrécie, ouatée, silencieuse.

Ariane Prudent

Si la colère avait un goût […] la médiocrité avait une odeur. L’absence d’espoir, aussi. Reconnaissable entre toutes. Lourde. Poisseuse. Un jour, elle vous enveloppait et ne vous lâchait plus. Et tout était fini. Cette saleté sortait de chaque pore de votre peau, imprégnait vos vêtements, vous marquait à jamais.

Lara Rochette

La Belle au bois dormant. Ariane n’avait jamais aimé cette histoire entendue à l’école – chez elle, on ne la lui avait jamais racontée, elle comprenait pourquoi, à présent. La Belle était une cruche.

Ariane Prudent

Je regrette de ne pas lire l’allemand. Je suis sûre qu’il y a des finesses de traduction qui m’échappent et qui compliquent tout…

Reine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :