L’aube sera grandiose _ Anne-Laure Bondoux

Quatrième de couverture :

LES SECRETS REMONTENT TOUJOURS À LA SURFACE.

Ce soir, Nine devait aller à la fête de son lycée. Mais Titania, sa mère, en décide autrement. Elle embarque Nine vers une destination inconnue, loin, jusqu’à une cabane isolée au bord d’un lac. Il est temps pour elle de raconter à sa fille un passé qu’elle lui a soigneusement caché jusqu’à maintenant. Commence alors une nuit entière de révélations. Flash-back, souvenirs souvent drôles, parfois tragiques, récits en eaux troubles, personnages flamboyants… Nine découvre un incroyable roman familial. Et quand l’aube se lèvera sur le lac, plus rien ne sera comme avant.

Une épopée familiale haletante et jubilatoire, par l’auteur des Larmes de l’assassin et de Tant que nous sommes vivants.


Nine est une adolescente comme tout le monde. Elle aime la natation, ses amies, son smartphone et un certain Marcus qui ne semble pas faire beau attention à elle. Mais Nine a une particularité, elle a une mère un peu mystérieuse. Avec son prénom fantasque, Titania Karelman est orpheline, auteure de romans noirs à succès, peu adepte de la technologie, allergique à l’argent et carrément sécrète. Aussi lorsque sa mère la kidnappe presque à la sortie de son entraînement de natation, le soir de LA fête du lycée, Nine est dans tous ses états, mais reste très intriguée par le comportement de sa mère et les révélations qu’elle prétend lui transmettre une fois arrivées à destination. La destination justement: une cabane au bord d’un lac, isolée en pleine forêt. En l’espace de quelques heures, hors du temps, Nine va apprendre à connaître sa mère, l’enfant, l’ado la jeune femme qu’elle était et comment elle est devenue sa mère.

En voilà une belle lecture! C’est une ambiance très particulière qu’Anne-Laure Bondoux a su mettre en place dans son roman : une sorte de huis clos étrange, où l’on voyage à travers les années 70-80-90 sans jamais sortir de cette cabane magique, où le temps semble s’être arrêté.
C’était une lecture un peu sauvage, haletante, douce et romanesque. Anne-Laure Bondoux a créé une bulle spatio-temporelle qui m’a happée complètement. C’était superbe. L’aube pour moi a également été grandiose. Je me suis enfermée dans cette cabane, j’ai couru les routes avec Rose-Aimée dans sa vieille panhard, joué au foot avec Consolata, démonté  des vélos avec Orion et écouté de la musique avec Octo.

Je pourrais vous dire également que ça parle d’amour, un amour familial intense, merveilleux, l’amour de trois gamins pour une mère iconique, sorte de Brigitte Bardot hippie, débrouillarde et indépendante à une époque où les femmes ne l’étaient pas. Mais ça ne suffirait pas à vous transmettre l’essence même de ce roman. Alors si vous en avez l’occasion, lisez-le.

Pour finir, je pense à Nine qui croyait connaître sa mère et qui découvre une femme entière avec son vécu et sa propre histoire familiale. On oublie toujours que nos parents sont des personnes qui ont eu leurs propres problèmes d’ado, leurs propres conflits familiaux, leur propre révolution intérieure. Alors je repense à cette phrase de Douglas Kennedy dans La poursuite du bonheur qui, pour moi, est le parfait résumé de ce roman et qui dit ceci : « On ne connaît jamais personne pour de bon. […] On le croit, oui, mais ils finissent toujours par vous désarçonner. Surtout quand il est question d’amour. Le coeur est l’organe le plus secret que nous ayons. Et le plus imprévisible. »


Il est venu nous dire au revoir, et lorsqu’il a franchi la grille dans l’autre sens, j’ai réellement senti la déchirure. Cette douloureuse impression que les choses changent, que le temps passe, et que l’on n’y peut rien.

Consolata. P.81

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :