Blue au pays des songes, tomes 1 & 2 _ Davide Tosello

Tome 1, La forêt envahissante :

Pour sauver les rêves, elle va devoir affronter ses pires cauchemars.

Blue est une petite fille comme les autres : elle aime rêver, sa maman, les matinées au soleil et prendre son petit-déjeuner. Mais le jour où un avion en papier vient frapper la fenêtre de sa chambre et qu’elle reçoit un colis à son attention, sa vie bascule… La voilà propulsée dans un monde de ténèbres où le gardien d’une forêt malveillante a emprisonné les songes et leurs propriétaires. Afin de sauver sa mère et le reste de la population, Blue va devoir partir à l’aventure et, de sa rencontre avec une foule de créatures magiques et bigarrées, trouver un moyen d’affronter ses propres peurs pour rendre leurs rêves aux gens…

Tome 2, Sad City :

Le prix des larmes.
La forêt noire ne cesse de s’étendre. Ne pouvant s’accorder un seul instant de répit, MJ et Blue rejoignent leur prochaine destination : Sad City. Cette ville, tout entière consacrée à la tristesse, a la réputation d’être dirigée par un homme capable de réaliser n’importe quel vœu en échange de larmes. Blue voudrait user des siennes pour pouvoir lui demander de stopper la sinistre progression de la forêt noire. Mais encore faudrait-il parvenir à le rencontrer. Pour cela, elle se mêle à cette étrange cité de soupirs et de désespoir. Elle y fait alors la rencontre de certains de ses curieux résidents, mais cela ne se fait pas sans mal, car à Sad City, toute étincelle de joie est convoitée.


Mon avis :

Attention coup de cœur! Je peux vous dire que cette bande dessinée m’a mis une sacrée claque visuelle.

C’est l’histoire d’une jeune fille qui a perdu son papa lors de circonstances assez troubles pour le lecteur. Depuis, elle est agoraphobe et sujette aux crises d’angoisse.
L’histoire commence par un matin tranquille, Blue est réveillé par un bruit à sa fenêtre. Un avion en papier est venu s’échouer sur le rebord, la forçant à s’approcher de la fenêtre et à contempler la forêt environnante qui semble beaucoup plus proche de la maison que d’habitude. Alors qu’elle est seule chez elle, des milliers de petits avions s’abattent sur la façade extérieure et Blue découvre un gros colis laissé à son attention dans le jardin. Première épreuve, il faut qu’elle sorte de la maison pour le récupérer. Une fois cet exploit accompli, Blue découvre, à l’intérieur du paquet, une minuscule baleine dans un bocal. Là commence sa folle et angoissante aventure. Armée de sa petite baleine comme d’un bouclier, elle fuit cette forêt omnivore qui la poursuit, dévorant tout sur son passage (ville, paysages, habitants). En chemin, Blue devra combattre ses peurs les plus sombres, y compris ses barrières sociales et tenter de sauver son monde.

Pour tout avouer, j’ai tout adoré dans cette bande dessinée. Les illustrations sont incroyables, parfois extrêmement colorées et terriblement sombres à d’autres moments. Les playlist qui accompagnent ces deux premiers tomes sont juste géniales, bien que pas toujours en adéquation avec les illustrations selon moi.
Blue est un personnage extrêmement touchant, auquel on s’attache dès les premières pages. Avec sa petite baleine, guide spirituel et protecteur, et son nouvel ami M.J, on a envie de les suivre partout pour les protéger.
Bien que cette quête initiatique débute dès les premières pages du premier tome, j’ai quand même le sentiment à la clôture du second, que Davide Tosello n’en est encore qu’à l’introduction. À ce stade de ma lecture, je ne sais toujours pas très bien si l’on est dans une pure allégorie de la peur ou réellement dans un registre fantastique. Les contours de cette quête sont encore flous, heureusement que la quatrième de couverture en disait un peu plus sur le but ultime de Blue. Néanmoins, ces incertitudes n’ont fait que renforcer ma curiosité et mon enthousiasme concernant cette saga onirique.
Au fil de ma lecture, avec l’univers musical pour support et ces illustrations expressives et vivantes, j’ai vraiment eu le sentiment d’être devant un écran. À mi-chemin entre l’Alice de Tim Burton, et un Hayao Miyasaki, je suis sortie de cette lecture comme on sort d’un cinéma, la tête pleine de belles images et d’interrogations sur le prochain opus.
Je suis vraiment conquise et j’ai hâte de pouvoir lire le tome 3.

Petit avertissement néanmoins, je trouve que certaines illustrations sont vraiment très effrayantes, je ne conseillerais pas cette lecture à des enfants de moins de 12 ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :